Archives de catégorie : Inspirations

Cette catégorie parlera de divers sujets qui ne semblent pas liés, comme la théorie du Chaos et les prophéties.

4) Le chat de Schrödinger

On peut se demander ce que signifie l’état quantique indéterminé, lorsque l’on expose l’expérience du chat de Schrödinger. C’est tout simple : il s’agit du choix du chat, qui n’appartient pas au déterminisme.

Voilà pourquoi l’intelligence artificielle ne sera jamais qu’artificielle. C’est parce qu’elle obéit strictement au déterminisme. Tandis que si l’on veut obtenir un véritable état quantique indéterminé, il nous faut capter et cacher un choix provenant d’un être bien vivant. Puis, dès lors que l’on révèle ce choix, l’état quantique devient déterminé.

La machine ne peut remplacer l’homme en terme de choix. Sauf dans le cas des cyborg, qui n’auront peut-être pas tous une apparence humaine… puisque que des cyborg-ordinateurs pourraient très bien exister plus tard, et remplacer l’ordinateur quantique, qui ne sera peut-être jamais qu’un fantasme de l’esprit rationnel pur et dur.

3) Le déterminisme et le choix

Considérons que le choix et le déterminisme existent tous deux, même si l’idée que l’un et l’autre coexistent semble fondamentalement fausse.

Considérons que sans le choix, tout suit les règles du déterminisme.

Considérons qu’en tant qu’entités vivantes, nous avons reçu une petite part de choix extraite du Divin, Divin qui est la Vie et le Choix, c’est à dire toutes les possibilités de choix.

Considérons que le déterminisme pourrait être contenu dans un livre sans fin, (cf. schéma de l’article 0 sur les cycles asynchrones) et qu’il n’est qu’une séquence complexe d’événements interagissant entre eux née d’un algorithme simple.

Les hommes de pouvoir apprennent à anticiper des bouts de séquences extraites du déterminisme pour faire des choix déterminés efficaces, leur conférant du pouvoir.

Alors que les croyants, alias les hommes de vouloir, (au sens « vœux » du terme) apprennent à offrir leur choix au Divin Choix à travers la prière, dans l’espoir d’obtenir en retour des sauts, des changements d’ordre de défilement de séquences dans le déterminisme.

Ce qui déséquilibre le monde de plus en plus dans un sens depuis quelques millénaires, c’est le fait que le déterminisme est un chemin que des majorités de gens ont pris, au détriment de celui du choix.

Ce que les déterministes semblent ignorer, c’est que l’infini est fait d’une infinité de fins différentes. Et que plus la Foi et le choix disparaîtront, plus tout sera figé, (ce qui est déjà fortement le cas) jusqu’à ce que l’infini lui-même se fige sur l’une de ses fins, pour la durée d’un court instant.

Quand ce phénomène se produira, le monde subira un changement majeur. Puis, nous irons à nouveau vers un âge de choix et de Foi, qui croîtra, comme lors d’un lointain passé.

2) Les cycles asynchrones (suite)

QUELQUES EXEMPLES DE PROPHETIES CYCLIQUES

Actuellement, internet nous a plongé dans la reproduction d’un nouvel épisode de ce que la Bible nomme « la tour de Babel« . Nous observons que les peuples sont connectés les uns avec les autres, ce qui fait qu’ils parlent tous de plus en plus la même langue, l’Anglais, pour cette réalisation de la prophétie. Ceux qui sont au pouvoir, politiquement ou pour le web, vont assurément contre Dieu puisqu’ils sont Laïcs. Et la connaissance est complètement débridée, tout en allant dans le sens de cette laïcité, ce qui va dans le sens de la métaphore de la tour.

Cela dit, je n’affirme pas que cela se terminera comme la Bible le dit, mais qu’il y a de fortes chances que cela se termine approximativement pareil, étant donné la ressemblance du schéma.

Je peux aussi inventer ma propre prophétie, en partant du principe que l’Europe unifiée telle qu’elle l’est actuellement ressemble vaguement à celle de l’Empire romain. Ceci en sachant que l’Empire romain a chuté à cause de son surendettement. A force d’être attaqué par des barbares venant de tout autour, il a fini par ne plus pouvoir financer ses armées, et à sa chute, c’est Byzance, l’Empire romain de l’Orient, qui s’est accaparé le pouvoir pendant 1000 ans environs. A partir de là, j’en déduis que, sauf gros changement dû à un cycle parallèle interférant, l’Europe actuelle s’écroulera sous peu, laissant sa force à un autre Empire. Pour montrer comment les Empires se succèdent, regardez comme la chute de l’URSS a, d’ailleurs, servi les intérêts de ceux qui voulaient bâtir l’Europe unie.

1) Les cycles asynchrones

Lorsque le Chaos présent dans le mouvement d’une entité ne touche que des échelles inférieures ou supérieures à son mouvement visible, on se trouve dans le cas où la position de l’entité devient à peu près prévisible.

C’est le cas de la rotation de la terre autour du soleil. Son mouvement n’est certainement pas prévisible au niveau du mouvement de ses atomes, et pourtant, à des échelles supérieures, ont peut prévoir à peu près où sera la terre, s’il n’y a aucun imprévu.

Alors que dans le cas d’une entité au mouvement Chaotique, il parait parfois impossible de prévoir où elle sera l’instant d’après.

Pour comprendre comment fonctionne tout cela, il faut d’abord admettre que toute entité fonctionne à plusieurs échelles en même temps. La terre fonctionne a son échelle, puis à d’autres échelles inférieures, jusqu’à l’échelle atomique et moins. Mais elle peut aussi influencer des échelles supérieures. Ce qui nous permet de dire que toute entité peut influencer toute échelle spatio-temporelle.

De plus, tout mouvement d’une entité à une échelle donnée peut influencer les mouvements de cette même entité à une ou plusieurs autres échelles données.

A titre de démonstration, je propose à mes collègues programmeurs de faire une expérience. Préparez dans un programme une centaine de données générées au hasard pour des cercles. Chaque cercle aura un rayon de petite taille (à chaque fois différent), pour être visible à l’écran, et une vitesse de rotation et un sens de rotation. (explications à suivre…)

Le premier cercle gravitera autour d’un point fixe, situé au centre de l’écran, et donc, il ne bougera pas. Le deuxième cercle aura pour centre un point situé sur la circonférence du premier cercle, et qui tournera selon sa propre vitesse. Le troisième cercle aura pour centre un point situé sur la circonférence du deuxième cercle, et qui tournera selon sa propre vitesse. Et ainsi de suite…

Vous verrez alors en temps réel un mouvement tentaculaire, organique, plus ou moins imprévisible. Si vous ne dessinez que le dernier cercle, il bougera de manière imprévisible, comme une mouche. Nous avons donc créé du Chaos, en faisant une sorte de réaction en chaîne à partie des mouvements les plus prévisibles.

DES PROPHÉTIES FONCTIONNANT PAREIL

Que les prophéties que l’on peut trouver soient simples à interpréter comme celle des quatre cavaliers de l’apocalypse, ou Chaotiques comme d’autres, elle fonctionneront toujours de la même manière. Les simples seront évidentes à anticiper, et les Chaotiques seront, même après coup, difficiles à reconnaître. Mais elles ont cela en commun qu’elles suivent des cycles asynchrones. (cf. Schéma de la fractale dans l’article 0)

Pour la prophétie des quatre cavaliers, elle fonctionne à peu près pour toutes les guerres. Le deuxième cavalier symbolise la guerre, suivi du troisième symbolisant la famine, et du quatrième symbolisant la maladie et la mort par maladie. On sait que la plus part du temps, la guerre coûtant cher, elle entraîne la famine. Et l’on constate aussi que toutes ces guerres, pour des raisons plus obscures, entraînent aussi des maladies, comme la peste au moyen-âge, ou la grippe Espagnole après la première guerre mondiale.

On peut se demander combien de fois l’Apocalypse a eu lieu… à mon avis de très nombreuses fois, et à plusieurs échelles. Cela ne change pas le fait que les prophéties sont souvent extraites de rêves, reflétant un regard inconscient sur le Chaos environnant.

Je pense même que Nostradamus a essayé de codifier quelque chose de plus rationnel, même si le domaine prophétique reste inexorablement intolérable pour la communauté scientifique rationnelle actuelle. Car les prophéties ne se raisonnent pas, elle se ressente, elles s’inspirent. C’est avec notre hémisphère cérébral droit que l’on peut parfois arriver à comprendre ce genre de choses. L’inspiration aspire des blocs immenses d’informations perçues d’un seul tenant, que la raison n’arrive pas toujours à trier, même si c’est son rôle.

Pour ce qui est de Nostradamus, je pense qu’il s’est basé sur des faits historiques de son passé, qu’il a codifiés de manière plus ou moins interprétables, afin que ceux-ci soient réinterprétables. Le principe, c’est que tout fait historique se reproduira, souvent approximativement, rarement à l’identique, mais surtout à toutes les échelles spatio-temporelles.

0) Catégorie « inspirations » : présentation

Cette nouvelle catégorie a pour vocation de présenter mes travaux en matière de recherche de ce qui est du déterminisme et de ce qui fait partie de la théorie du chaos.

Tout sera présenté de manière inspirée plus que raisonnée, car au risque de décevoir la majorité des gens de raison de notre époque de raison, je suis plus un « cerveau droit » qu’un « cerveau gauche« . Une personne qui raisonne un peu de trop en me lisant y verra donc quelqu’un qui écrit mal et qui ne peut donc pas être crédible.

Bon amusement à tous !

LE DÉTERMINISME

Pour commencer, voici comment je conçois le déterminisme à ce jour. Imaginez que tout soit écrit, mais que Celui qui a écrit tout ce que l’on vit l’a fait en totale interaction avec lui-même. Il ne s’agit pas d’un script déterminé au hasard, mais selon une forme d’intelligence qui nous dépasse. Cela dit, tout reste écrit, en fonction de ce que Cette intelligence vit hors du temps, pendant que nous en vivons des bribes négligeables dans le temps, bribes que l’on nomme du nom de « vies« .

Toute la complexité à comprendre ce système vient du fait que nous sommes vivants dans le temps, alors que Celui qui détermine notre destin est hors du temps. Il peut voir ce que nous vivons en temps réel, mais il peut très bien l’analyser sous une infinité de points de vue ; tel un ordinateur quantique du futur pourrait le faire ; avant de prendre les décisions qui vont déterminer la suite de notre destin.

LA THÉORIE DU CHAOS

Du coup, la théorie du chaos, si elle nous permet de fabriquer des machines imprévisibles, nous permettrait aussi, si nous travaillions main dans la main avec Celui qui détermine nos vies, de déterminer à l’avance ce qu’Il souhaite pour nous, et de lui faire savoir si cela nous convient ou pas. Je tâcherai de proposer dans de prochains articles un modèle de prototype de boulier quantique pouvant fonctionner sans avoir à perturber les atomes. C’est, somme toute, un projet ambitieux, mais si je n’étais pas seul, nous y arriverions plus facilement.

LE HASARD

Je vais maintenant vous parler du hasard. Pour moi, il n’existe pas au sens où on l’entend. Le hasard n’est pas un ensemble de choses impossibles à déterminer. Il s’agit uniquement d’événements prédéterminés, comme tous les autres, mais qui dépassent ce que nos sens peuvent percevoir. Par exemple, si je regarde l’aiguille des secondes de ma montre, je peux prévoir sans trop me tromper que pile 15 minutes après, elle sera au même endroit. Je peux aussi voir que si l’aiguille fait un quart de tour de cadran, 15 secondes se sont écoulées. Mais si je lance une pièce de monnaie sur ma table en lui donnant de l’effet, j’aurai du mal à connaitre sa position quelques secondes plus tard. On est bien dans le domaine de la théorie du chaos et du déterminisme, car dès lors que j’ai lancé la pièce, son mouvement a été déterminé par rapport à la table, et surtout à Celui qui détermine le mouvement. Ceci fonctionne à toutes les échelles spatio-temporelles. Si Celui qui détermine nos vies décide de modifier quelque chose dans le trajet de la pièce, il n’a pas besoin de secouer la table. Il lui suffit de récupérer un électron, et de le faire voyager dans le temps, au bon moment et au bon endroit.

UNE VIE FRACTALE

Ce qu’il est important de comprendre, c’est que notre univers algébrique est une fractale, avec une infinité d’infinitudes. Notre univers Euclidien n’est peut-être pas la réalité, mais il est un outil de calcul approximatif nous permettant parfois de faire des prévisions.

De l’univers Euclidien découle un livre sans fin, cette fractale dont je parle, que l’on peut fabriquer à l’aide de seulement deux symboles.

Je vais en ouvrir un aperçu maintenant, une fenêtre Euclidienne, une fenêtre sur le déterminisme, en utilisant le symbole « zéro » et le « un« . Je vais limiter cette fenêtre à une taille de 12 colonnes et de 13 lignes.

Commençons par observer que cet objet est bien un objet mathématique. Il y a une diagonale faite de zéros, partant des coordonnées 1,1 et allant en 12,12. Il y a ensuite une infinité de pentes ; toujours plus inclinées et plus hachurées ; qui comportent des nombres qui, multipliés entre eux par paires, permettent de retrouver le nombre sur la diagonale.

Par exemple, sur la ligne 8, nous avons 8 pour la diagonale, puis deux pentes hachurées de zéros passant par la colonne 4 et 2 (4 x 2 = 8). Et enfin, la ligne de zéros verticale passant par la colonne 1. (8 x 1 = 8)

Nous remarquons que les nombres premiers ne sont impactés d’aucun zéro, car aucune pente de zéros ne les traversent.

PLONGER DANS LA FRACTALE

Pour l’instant, nous ne voyons pas encore l’aspect fractal de ce schéma. Pourtant, nous verrons plus tard qu’il suffit de faire des homothéties sur les nombres pairs pour obtenir notre fractale.